La Route

    Le chemin que nous faisons tous

    La Route

    Le monde est un lieu de transition, rempli d’exemples. Parcourez-le en pèlerins, et soyez avertis par les traces que ceux qui étaient là avant vous ont laissées derrière eux. [6]

    Pour comprendre ce qu’est la route, nous devons tout d’abord savoir d’où nous venons et où nous allons. Le droit chemin est celui qui est littéralement le plus clair, le plus direct      et le moins dangereux. La réponse est expliquée dans le Coran :

    Certes ! Nous venons tous d’Allah, et c’est vers Lui que nous retournons. [7]

    C’est ça, le voyage – celui de la vie. C’est notre passé, notre présent et notre futur.

    Passé

    Que signifie le passé pour nous ? Le passé, c’est le commencement de notre histoire et la création par Dieu du premier Homme et notre ancêtre, Adam. Dieu Tout-Puissant ordonna ensuite aux Anges et aux Esprits (génies) qui étaient présents de se prosterner devant Adam. Iblis, un esprit dévoué (djnn) – et non pas un ange – refusa de se prosterner. Il fut donc exclu de la présence de Dieu. Iblis devint alors le « Shaytan » (Satan), ce qui signifie littéralement « l’être chassé ». Shaytan devint donc l’ennemi juré de l’Homme dès le premier jour. Dans le Jardin où Dieu plaça ensuite Adam et Hawwâ’ (Ève), Shaytan incita l’Homme à désobéir. Il s’agit là du premier péché. Suite à cet incident, Adam tomba en disgrâce, une leçon pour l’humanité toute entière. Ceci est notre passé.

    Présent

    Depuis le moment où il fut banni du Jardin, Satan n’a eu de cesse d’essayer d’égarer l’Homme. Cette vérité est notre présent.

    Futur

    Qu’est–ce que le futur ? Le futur, c’est qu’au bout du compte nous serons tous jugés. Nous devrons tous faire face au Jour du jugement, et nul ne sera absent ce jour-là : d’Adam, que la paix soit sur lui, au dernier Homme, tous seront rassemblés. Nous retournerons alors au Jannah (Le Jardin) ou nous irons au Jahannam, au Feu. Ce sont les deux fins possibles qui nous attendent après le Jugement de Dieu.

    La leçon que nous pouvons tirer de cette histoire est que Shaytan ne cesse de vouloir nous égarer, de nous empêcher de rentrer sains et saufs au Jardin. Le droit chemin du retour est évident. Il suffit de suivre les directions que Dieu nous donne et de ne pas s’en éloigner.

    Aujourd’hui, les gens disent, « Oh, il y a trop de principes dans la religion, il y a trop de choses qu’on ne peut pas faire. On doit se priver de trop de choses. ». Mais pour l’essentiel, il s’agit simplement de suivre le même commandement que celui reçu par Adam : “écoute Dieu et n’écoute pas Shaytan”.

    Un autre verset du Coran rend les choses encore plus simples et explique ce qu’est fondamentalement le droit chemin :

    Ne vous ai-Je pas engagés, enfants d’Adam, à ne pas adorer le Diable car il est vraiment pour vous un ennemi déclaré ? et [ne vous ai-Je pas engagés] à M’adorer, car c’est là le droit chemin ? [8]

    L’un des avantages d’une route maintes fois sillonnée, c’est qu’elle conserve entre ses bords ceux qui la suivent ; elle les empêche de s’en éloigner et les guide vers leur destination finale. Nos pas sur le droit chemin sont nos actions.

    Dieu nous a instruits sur les premiers pas nécessaires, préparant ainsi nos âmes dans ce monde transitionnel à ce qu’il adviendra ensuite et nous éduquant chaque jour à rester sur le droit et étroit chemin, jusqu’à ce que nous arrivions à la fin de notre voyage.

    Nos bonnes actions sont les meilleures provisions pour le voyage et nombreuses sont celles que nous pouvons accomplir, par exemple : la prière, la charité, dire la vérité, être gentil avec ses parents, être patient, refuser d’avoir des rapports sexuels en dehors du mariage, avoir de bons rapports avec ses voisins, tenir ses promesses, etc. Ces actions sont les signes d’une âme guidée, consciente de la présence de Dieu.

    La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux Prophètes ; de donner de son bien, pour l’amour de Dieu, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigent, à ceux qui demandent de l’aide et pour délier les jougs ; d’accomplir la Salat et d’acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements* lorsqu’ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques. Voilà les vrais pieux (muttaqeen). [9]

    Voici ce que dit le Coran sur l’événement prédestiné :

    Ton Seigneur dit aux Anges : « Je vais créer un homme d’argile crissante,
    extraite d’une boue malléable, et dès que Je l’aurai harmonieusement formé et lui aurai      insufflé Mon souffle de vie, jetez-vous alors à terre, prosternés devant lui. » .
    Alors, les Anges se prosternèrent, tous ensemble, excepté Iblis, qui refusa d’être avec les prosternés.
    Dieu dit : « Ô Iblis,  pourquoi n’es-tu pas au nombre des prosternés ? »
    Iblis dit : « Je ne puis me prosterner devant un homme que Tu as créé d’argile crissante, extraite d’une boue malléable. »
    Dieu dit : « Sors d’ici, car te voilà rejeté, banni !
    Et malédiction sur toi, jusqu’au Jour de la rétribution ! »
    Iblis dit : « Ô mon Seigneur, donne-moi donc un délai jusqu’au jour où les morts seront ressuscités. »
    Dieu dit : « Tu es de ceux à qui ce délai est accordé, jusqu’au jour de l’instant connu. »
    Iblis dit : « Ô mon Seigneur, parce que Tu m’as induit en erreur, j’enjoliverai l’erreur
    à leurs yeux sur terre, et les égarerai tous, à l’exception, parmi eux, de Tes serviteurs élus sincères et dévoués. »
    « Dieu dit : voici une voie droite pour Mes sincères serviteurs qui mène vers Moi.
    Sur Mes serviteurs tu n’auras aucune autorité, excepté sur celui
    qui se perdra en te suivant. » [10]

    RÉFÉRENCES
    6 Jésus Christ
    7 Le Coran, Al Baqarah (La Vache) 2:156
    8 Le Coran, Ya-sin 36:60-61
    9 Le Coran, Al Baqarah (La Vache) 2:177
    10 Le Coran, Al-Hijr 15:28-42